Sur ce site il y a des đŸȘ (cookies Oui !), ça m’aide Ă  faire des trucs plus chouette !

Explique le Web3 Ă  ta mamie.

Comprendre le Web3

Alors je sais (😏) que toi tu as parfaitement compris ce que c’est que le web3, mais juste au cas oĂč tu aurais un mini doute


Sache que mĂȘme sous la torture je ne rĂ©vĂšlerai pas que tu as lu cet article.

Car je vais y prĂ©ciser ce que c’est pour que tu puisses l’expliquer Ă  ta mamie, ou lever les yeux au ciel quand tu seras face Ă  un abruti qui veut t’expliquer la vie Ă  coup de Web3


PrĂ©pare-toi, car on va revenir Ă  l’origine du monde (enfin d’internet quoi).

Rhooo ça vaaaa ne t’offusque pas parce que je pense qu’internet c’est l’origine du monde !

Le Web1. La lecture

Mais si rappelle-toi, tu te connectais sur Yahoo et il y avait des pubs partout sur la page.

À cette Ă©poque on parlait de consommation d’information, car pour proposer de l’info il fallait savoir coder et pas qu’un peu.

C’est Ă  cette Ă©poque que mon Tonton qui est dĂ©veloppeur m’expliquait qu’ils Ă©taient les rois d’internet. Bah oui, pour construire le moindre site il fallait avoir un bac+12 en code alors qu’il existait aucune formation pour apprendre (et il y avait pas Youtube).

Techniquement c’était la libertĂ© totale, car tout le monde pouvait s’exprimer, sauf que la mĂ©ga barriĂšre Ă  l’entrĂ©e c’était quand mĂȘme de savoir coder. Donc en fait, presque personne peut s’exprimer.

Le Web2. La lecture et l’écriture

C’est maintenant en fait. C’est l’internet des rĂ©seaux sociaux. On est plus ou moins tous producteurs de contenu, car c’est hyper facile d’en proposer grĂące Ă  Facebook, Tiktok, Insta, Twitter, etc.

Techniquement lĂ  c’est la vraie libertĂ©, car pas besoin de savoir coder pour Ă©crire. Sauf rien ne t’appartient puisque tout est centralisĂ© auprĂšs de ces plateformes.

Je m’en suis rendu compte le jour ou on a supprimĂ© pour la premiĂšre fois mon compte Tiktok. Ou que Substack (l’outil qui me permet d’écrire cette newsletter) a planté  (Oui c’est dĂ©jĂ  arrivĂ©, et non j’en ai pas dormi de la nuit).

Oui, comme tes comptes sur les rĂ©seaux sociaux ne t’appartiennent pas, Ă§a veut dire que tous les pouvoirs Ă©conomiques dans le Web actuel sont centralisĂ©s.

En voulant ĂȘtre libre, plus rien ne nous appartient.

Le Web2 c’est la montĂ©e des interactions des internautes via les rĂ©seaux sociaux et les sites ecommerce et par consĂ©quent la montĂ©e en puissance de ces plateformes. C’est aussi la perte de contrĂŽle des internautes sur leurs donnĂ©es et ce qu’ils produisent.

Le Web3. La lecture, l’écriture et la propriĂ©tĂ©

Web3 c’est pour dire la 3e gĂ©nĂ©ration d’internet, jusque lĂ  on s’en serait doutĂ©.

En fait c’est une nouvelle Ăšre d’internet, qui serait possĂ©dĂ© par ses crĂ©ateurs, ses utilisateurs et organisĂ© grĂące aux tokens.

Qui sort du modĂšle de centralisation.

Ce nouveau modÚle, il introduit deux notions majeures : celle de propriété et celle de financiarisation.

Tout comme le systĂšme crypto s’attaque au systĂšme financier centralisĂ©, le Web3, c’est juste une façon d’utiliser les cryptos et la blockchain pour s’attaquer au modĂšle centralisĂ© d’internet.

C’est rĂ©unir le meilleur des prĂ©cĂ©dents modĂšles : un environnement ou tout le monde peut s’exprimer, mais on fait en sorte que chacun soit propriĂ©taire de ce qu’il crĂ©e ou de ce Ă  quoi il participe.

Les crĂ©ateurs de contenus comme moi n’auront plus Ă  ĂȘtre les locataires d’un terrain virtuel qui appartient Ă  l’un des plus gros rĂ©seaux, mais il y aura une infinitĂ© de possibilitĂ©s.

Et concrĂštement sinon ?

En gros, l’idĂ©e c’est que toutes les donnĂ©es et tous les contenus soient enregistrĂ©s sur des blockchains et tokĂ©nisĂ©s.

Déjà avec les NFTs par exemple, on devient un peu acteur et propriétaire du web.

Ensuite, on pourra imaginer la crĂ©ation de nouvelles communautĂ©s basĂ©es sur des propriĂ©tĂ©s virtuelles dans lesquelles des dĂ©cisions pourraient ĂȘtre prises en commun.

Exemple :
tu utilises un Ă©quivalent de LinkedIn et plus tu l’utilises, plus tu as une communautĂ© importante, plus tu obtiens des Tokens qui te donnent un droit de dĂ©cision sur l’évolution de la plateforme.

Les plateformes et les applications ne seront pas détenues par un acteur central, mais par ses utilisateurs, qui gagnent leur part de propriété en contribuant au développement et à la maintenance de ces services.

C’est ce que dit Gavin Wood le principal promoteur du concept.

L’évolution vers le Web3 est-elle crĂ©dible ?

Ben dĂ©jĂ  c’est pas neuf comme idĂ©e, tu te rappelles de eMule il y a quelques annĂ©es ? C’était un genre de grande plateforme de partage de fichiers vidĂ©os entre pairs. L’idĂ©e Ă©tait super, mais ça Ă  disparu Ă  cause de tous les piratages du truc.

Donc il y a déjà un méga sujet de sécurité.

Ensuite, la dĂ©centralisation du Web c’est trop cool mais il faut quand mĂȘme se rappeler que la grande majoritĂ© des donnĂ©es sont hĂ©bergĂ©es sur les serveurs centraux d’Amazon Web Services
 Du coup sans trouver une alternative Ă  ça, le plan tombe un peu Ă  l’eau.

Bon est ensuite la question c’est est-ce que la crypto est une rĂ©volution crĂ©dible face Ă  ces monopoles ?

Moi j’ai envie de dire oui, toujours sur la base du rapport de Ryan Selkis, dans le camp de la crypto on a pour nous :

  • Des gens qui bossent par passion pour contribuer d’eux-mĂȘmes Ă  ce nouveau monde, tous les soirs et weekends.
  • Des levĂ©es de fonds Ă©normes pour lancer des projets.
  • Des modĂšles Ă©conomiques de plus en plus viables sur le web3.
  • Chaque phase de bear Market (marchĂ© baissier en crypto) qui est utilisĂ©e pour optimiser l’existant pour faciliter l’entrĂ©e dans l’univers crypto au plus grand nombre.
  • Des rendements de la DĂ©Fi incomparables qui attirent l’intĂ©rĂȘt du plus grand nombre.

Vous pouvez Ă©galement lire