Sur ce site il y a des đŸȘ (cookies Oui !), ça m’aide Ă  faire des trucs plus chouette !

Le problĂšme des frais de transaction

Les layers 1 et 2.

👉 La semaine derniĂšre, un gars a payĂ© 70.000$ de frais de transaction pour l’achat d’un NFT sur Ethereum.

Et ce matin en transfĂ©rant des fonds sur Nexo (c’est aussi du farming) j’ai dĂ» payer 18$ (bon ok c’est pas comparable) mais quand mĂȘme, ça m’a donnĂ© envie de creuser cette histoire de frais de transactions, de savoir ce qui se passe et quelles solutions existent.

Revenons sur les frais de transaction : on les appelle aussi les gaz Fee. Ce sont les frais qui permettent de rĂ©munĂ©rer les mineurs (tu sais, ceux qui permettent la validation de la transaction sur la blockchain).

Donc concrÚtement, si tu payes un truc (fais une transaction) avec des cryptos, tu payes forcement des frais en lien avec la crypto et la blockchain associée. Et selon la charge de travail pour enregistrer la transaction les frais sont plus ou moins élevés.

👉 Pour faire simple, si tout le monde est en train d’échanger de l’ETH en mĂȘme temps ben ça te coute un rein.

Plus de contexte baby

Par exemple : Tu possĂšdes du BTC ou de l’ETH et tu veux t’acheter un NFT (ces oeuvres numĂ©riques) ou tu veux que tes cryptos te rapportent un rendement (c’est du farming). Et bien tu dois faire ces transactions et c’est lĂ  que les frais apparaissent.

Donc  si les augmentations de frais arrivent, c’est parce qu’il y a beaucoup de monde qui effectuent des opĂ©rations sur une blockchain.

En ce moment c’est beaucoup sur Ethereum avec les gros bump des NFTs et bien les mineurs sont beaucoup plus sollicitĂ©s et mĂ©caniquement les frais augmentent.

Alors ce n’est pas du tout normal d’avoir 70$ de frais sur une opĂ©ration.

Ah.

Donc des petits malins se sont dit, hmmm comment on pourrait bien faire baisser ces frais ?

Comment on baisse les frais ?

Tu te rappelles que toutes les transactions sont enregistrées dans la blockchain (qui est un méga livre de compte) ?

Et bien la blockchain, c’est la couche de base : la couche 1.

Qu’on appelle en anglais layer 1.

La couche 2, qu’on appelle Layer 2, en fait ce sont des solutions crĂ©Ă©es dans le but de dĂ©sengorger le nombre de transactions sur le Layer 1 pour faire baisser ces frais de transaction.

Tu vois ou je veux en venir ?

Ces problĂšmes d’engorgement de la blockchain et donc de frais qui augmentent, ce sont en fait des problĂšmes de scalabilitĂ©. La scalabilitĂ©, ça veut dire qu’un systĂšme fonctionne toujours mĂȘme quand plein de gens l’utilisent.

Genre moi, avec ma Startup

de solution de sondage pour les entreprises, je disais tout le temps Ă  mes investisseurs et mes clients « mais oui, on a designĂ© notre produit pour la scalabilitĂ© ! Â» (genre qu’on pouvait avoir 80.000 utilisateurs qui rĂ©pondent Ă  des sondages en mĂȘme temps et que notre outil ne plante pas
)

👉 Oui, j’utilisais des mots insupportables comme ‘“designĂ© pour la scalabilitĂ©â€.

Je vous lĂąche le dossier : c’était faux ! Un jour on a eu 10.000 personnes en mĂȘme temps et le systĂšme a tellement ralenti que tout le monde pensait qu’il avait plantĂ©.

Et bien la blockchain c’est pareil a ce stade.

Donc les layers 2 sont des solutions qui visent a amĂ©liorer cette scalabilitĂ© en dĂ©sengorgeant la 1re couche. MĂȘme si en parallĂšle les blockchains elles-mĂȘmes peuvent Ă©voluer pour amĂ©liorer ça : c’est ce que veut faire Ethereum avec Ethereum 2.0.

Pour parler chiffre, Ethereum peut actuellement traiter 15 transactions à la seconde. Ce n’est pas rapide rapide


En utilisant un Layer 2 on peut passer les transactions Ă  4.000 par seconde !

En fait les Layer 2 vont déplacer la plupart des opérations en dehors de la blockchain principale et la conserver comme ancre de sécurité.

D’aprĂšs le fondateur d’Ethereum, la blockchain a 3 propriĂ©tĂ©s :

  • La sĂ©curitĂ©
  • La dĂ©centralisation
  • La scalabilitĂ©

Et pour faire simple, la solution la plus efficace pour garder ces trois propriétés intactes à plus grande échelle, se sont les layers 2.

Les différents types de Layer 2

Ne panique pas, ça va ĂȘtre un peu technique, enfin tu me connais hein, pas trop non plus. L’idĂ©e c’est surtout de savoir les catĂ©goriser en gros, toujours dans une logique de comprendre si tel projet est utile et innovant.

  • Les channels : Les opĂ©rations sont effectuĂ©es hors blockchain et on les regroupe pour envoyer au layer 1. (En gros hein).
  • Les plasma : Elles permettent de crĂ©er de nouvelles chaines qui sont des copies du layer 1. La plus connue c’est Matic.
  • Les sidechains : Ce sont les plus connus des layers 2. Ce sont des chaines qui fonctionnent Ă  cĂŽtĂ© du layer 1 et qui peuvent se connecter Ă  lui. Elles regroupent plusieurs transactions hors chaine en un lot, qui peut ensuite ĂȘtre vĂ©rifiĂ© comme une seule transaction sur la chaine racine Ethereum.
  • Les rollups : Il cumule plusieurs transactions et les enroule dans une seule qui va dans le layer 1.
  • Validium : il fonctionne en gros comme les rollups mais les donnĂ©es sont stockĂ©es hors chaine.

Bon t’as compris que les diffĂ©rences de fonctionnement sont dures Ă  comprendre quand on reste sur l’analyse de surface, on pourra creuser plus Ă  l’occasion.

Vous pouvez Ă©galement lire